Glossar

 

Actualité

Retour

20.09.2016

10ème atelier national du Forum sur la confiance des parties prenantes

Savoir comment le Canada aborde la question des déchets radioactifs avec sa population peut-il être utile à la Suisse ?

Oui. Telle est du moins l’expérience du Forum sur la confiance des parties prenantes, qui a tenu son 10ème atelier national du 7 au 9 septembre 2016 à Berne.  

Dans tous les pays exploitant des centrales nucléaires, il y a des déchets radioactifs qu’il convient de gérer à long terme. En 2000, 18 pays membres de l’AEN (Agence pour l’énergie nucléaire) se sont regroupés au sein du Forum sur la confiance des parties prenantes (Forum for Stakeholder Confidence, FSC). Dans un objectif d’apprentissage, il s’agissait de mieux appréhender le dialogue avec les différentes parties prenantes et de favoriser la confiance mutuelle dans des décisions bien réfléchies prises en matière de gestion nucléaire. L’objectif des ateliers nationaux est d’apprendre les uns des autres à l’aide d’exemples issus de différents pays. Organisé par l’Office fédéral de l’énergie (OFEN), le 10ème atelier national du FSC s’est tenu à Berne du 7 au 9 septembre derniers.

« Le plan sectoriel « Dépôts en couches géologiques profondes » indique très clairement comment aller de l’avant », a déclaré Doris Leuthard, Cheffe du Département fédéral de l’environnement, des transports, de l’énergie et de la communication, lors de la séance d’ouverture du 10ème atelier national au Kursaal de Berne. Elle est convaincue que la Suisse a fait le bon choix avec la procédure participative, en particulier du fait du partenariat instauré entre la Confédération, les cantons et les communes. Comme l’a souligné la conseillère fédérale, la sûreté est incontestablement prioritaire dans la sélection du site d’implantation.

Parmi plusieurs autres intervenants, Andreas Gautschi, Chef de division Sûreté, Géologie & Matières radioactives à la Nagra, a également pris la parole. Il a évoqué la manière dont la procédure de sélection des sites privilégie les aspects de sûreté, ainsi que les recherches déjà réalisées et à venir dans les régions d’implantation. Une petite anecdote lui a permis d’égayer sa présentation plutôt technique : un journaliste aurait un jour donné sa propre interprétation du sigle Nagra : Nutzloses Anbohren des Globus mit Riesigem Aufwand (forage inutile du monde avec d’importants moyens). Andreas Gautschi a expliqué qu’il pourrait accepter cette description, pour autant que l’on remplace le mot « Nutzlos - Inutile » par « Nützlich – Utile ». Les travaux qui seront entrepris à l’étape 3 de la procédure du plan sectoriel « Dépôts en couches géologiques profondes » dans l’objectif d’assurer la sûreté du futur dépôt sont pour lui raisonnables et utiles pour déterminer, à la fin du processus, les meilleurs sites d’implantation possibles en Suisse.

Les groupes de travail de l’atelier national ont abordé les questions suivantes : Comment transmettre le savoir et l’information sur les dépôts géologiques profonds aux générations à venir ? Comment impliquer les jeunes dans la procédure ? Comment parvenir à l’équité intergénérationnelle ? En plus des personnes concernées par la procédure suisse, de nombreux délégués internationaux et dix jeunes adultes ont participé à l’atelier.

Le Forum sur la confiance des parties prenantes regroupe les 18 pays suivants: Allemagne, Belgique, Canada, Corée du Sud, Danemark, Espagne, Etats-Unis, Finlande, France, Grande-Bretagne, Hongrie, Italie, Japon, Norvège, Pologne, Fédération de Russie, Suède, Suisse et République Tchèque. La Commission européenne est également membre du Forum.

Retour
Nous utilisons des cookies pour améliorer nos services. En poursuivant la navigation, vous y consentez. Cliquez ici pour en savoir davantage sur les aspects juridiques et la protection des données. En savoir plus sur la protection juridique et la protection des données ici
Accepter