Search

Existe-t-il déjà des dépôts en profondeur ?

Le stockage en couches géologiques profondes est une solution internationalement reconnue pour les déchets radioactifs. Quelques pays exploitent déjà avec succès des dépôts en profondeur pour les déchets de faible et de moyenne activité. La Finlande, elle, construit le premier dépôt pour déchets de haute activité, qui sera achevé dans quelques années.

De nombreux pays utilisent l’énergie nucléaire. Ils doivent par conséquent tous entreposer et stocker des déchets de haute activité et des éléments combustibles usés ainsi que des déchets de faible et de moyenne activité résultant de l’exploitation régulière. Dans des pays comme la Suède, la Finlande, la Corée du Sud ou la Hongrie, des dépôts en profondeur pour déchets de faible et de moyenne activité sont en exploitation depuis des années, voire des décennies.

Les projets de dépôts profonds pour les déchets de haute activité sont également très avancés en Finlande, en France ou en Suède. Une étroite collaboration avec ces pays permet à la Suisse de profiter de leurs progrès. Quelques pays, la France ou l’Espagne par exemple, stockent leurs déchets de faible activité très près de la surface de la terre. Il existe également un dépôt pour déchets de haute activité situé en surface et qui est conçu pour un siècle.

Finlande

Geologisches Lager in beschränkter Tiefe in Finnland
Le dépôt géologique pour déchets de faible et de moyenne activité, situé à une faible profondeur à Olkiluoto en Finlande. Photo : Tapani Karjanlahti/TVO

La Finlande a commencé à la fin de 2016 la construction du dépôt final « Onkalo » pour éléments combustibles usés, situé dans le sud-ouest du pays, sur la côte de la mer Baltique, plus précisément sur la presqu’île d’Olkiluoto. Ce dépôt devrait entrer en service au milieu des années 2020. Les déchets radioactifs sont placés dans des conteneurs en cuivre, qui seront stockés à une profondeur de plus de 400 mètres, dans une roche cristalline. L’organisation finlandaise de stockage des déchets, POSIVA, a commencé la construction des premières galeries de stockage au printemps 2021.

L’installation de conditionnement pour les éléments combustibles usés est en construction depuis l’automne 2019 et sera vraisemblablement achevée en été 2022. Sur les sites des deux centrales nucléaires, Olkiluoto et Loviisa, la Finlande dispose en outre de deux dépôts géologiques pour déchets de faible et de moyenne activité ainsi que d’une installation d’entreposage en piscine pour éléments combustibles usés.

onkalo
Onkalo, le dépôt en couches géologiques profondes pour les éléments combustibles usés, est en construction sur la presqu’île d’Olkiluoto. La photo montre l’infrastructure de surface du dépôt. Photo : Posiva

France

Endlager Frankreich
Le dépôt de déchets de faible et moyenne activité près de la surface " Centre de stockage de la Manche ". Il est situé dans le nord de la France, près de La Hague, et appartient à l'Andra, organisation française de la gestion des déchets radioactifs. Photo : © Andra, M. Aubert

L’organisation de stockage française Andra dispose d’un laboratoire souterrain depuis 2000, qui se situe à Bure, dans le département de la Meuse, à quelque 150 kilomètres de la Sarre en Allemagne. Le site potentiel de « Cigéo », le dépôt final pour les déchets de haute activité, se trouve dans la même région, à quelques kilomètres du laboratoire. Il est prévu de stocker un jour les déchets dans des roches argileuses, à une profondeur de 500 mètres environ. La demande d’autorisation de construire sera déposée prochainement. L'exploitation du dépôt pourrait commencer vers 2040.

Pour les déchets de faible et de moyenne activité, il existe déjà deux dépôts proches de la surface (voir aussi dans la rubrique Espagne), le « Centre de la Manche » et le « Centre de l’Aube ».

unterirdisches Forschungslabor
Un conteneur de démonstration pour déchets de haute activité est récupéré dans la galerie du laboratoire de recherche souterrain de Bure, en France. Non loin de là, la France veut construire son dépôt profond. Photo : © Andra, Adrien Daste

Pays-Bas

habog
Le dépôt intermédiaire à long terme, le HABOG, situé à Borsele aux Pays-Bas, confine les déchets de haute activité pour au moins 100 ans, en surface. Photo : COVRA

L’organisation chargée du stockage aux Pays-Bas, la COVRA, gère un dépôt intermédiaire en surface, à Borsele, qui se situe à l’endroit où l’Escaut se jette dans la mer du Nord. L’élément le plus marquant est le bâtiment de dépôt de couleur orange, le HABOG, où sont stockés les déchets de haute activité. En service depuis 2003, il sert de dépôt intermédiaire à long terme, à savoir pour au moins 100 ans.

Au vu de la situation géographique des Pays-Bas, il n’est toutefois pas prévu de stocker durablement les déchets en surface, mais dans un dépôt en couches géologiques profondes. Le HABOG a été construit selon des normes de sûreté très strictes, comme le dépôt intermédiaire suisse Zwilag. La construction est résistante au feu, aux séismes, aux explosions, à des impacts d’avions et aux inondations.

Suède

Fotomontage schwedisches Tiefenlager
Montage photo du dépôt profond suédois de combustible nucléaire à Söderviken, sur la mer Baltique. La partie souterraine du dépôt se situera à une profondeur de 500 mètres et aura une superficie de trois à quatre kilomètres carrés. Photo : SKB, Lasse Modin

En Suède, le dépôt en couches géologiques profondes « Söderviken » doit accueillir les éléments combustibles usés. Son emplacement est proche de la centrale nucléaire de Forsmark, dans la commune d’Östhammar, à environ 140 kilomètres au nord de Stockholm, sur les côtes de la Baltique. L’organisation suédoise de stockage SKB a déposé une demande de construire pour le dépôt en 2011.

L’évaluation par le gouvernement est en cours. Entre temps, des questions ont été soulevées au sujet de la résistance à la corrosion des conteneurs de dépôt final en cuivre. Pour cette raison, la SKB a dû remettre un complément à sa demande. L’installation de conditionnement des éléments combustibles usés doit être construite à quelque 350 kilomètres plus au sud, à proximité de l’installation d’entreposage en piscine de ces déchets (dépôt intermédiaire CLAB), laquelle est en exploitation depuis 1985 à Oskarshamn.

La demande de construire pour l’installation de conditionnement a été déposée en 2011 également. La commune d’Östhammar a approuvé la construction du dépôt final en octobre. La commune d’Oskarshamn a déjà donné plus tôt le feu vert pour la construction de l’installation de conditionnement. La décision du gouvernement suédois concernant les autorisations de construire est attendue en 2022 ; la construction des installations pourrait commencer au milieu des années 2020.

Un dépôt en couches géologiques pour déchets de faible et de moyenne activité est en exploitation depuis 1988 près de la centrale nucléaire de Forsmark. Il a été creusé dans la roche cristalline. Il sera agrandi d’ici à 2023. La Suède étudie le sous-sol cristallin depuis 1995, dans son laboratoire souterrain d’Äspö près d’Oskarshamn.

Espagne

El cabril
Les dépôts en surface pour les déchets de faible et de moyenne activité près de El Cabril en Espagne. Photo : Enresa

L’Espagne a fait des expériences positives depuis 1992 avec le stockage de ses déchets de faible activité à vie courte près de la surface à El Cabril. Des barrières techniques telles que des cuves en béton comblées et couvertes confinent les déchets, mais elles sont exposées aux activités humaines et aux influences environnementales comme l’érosion. L’effet de barrière peut être assuré pour une durée limitée allant jusqu’à quelques centaines d’années. Mais les dépôts doivent être surveillés et entretenus jusqu’à ce que les substances radioactives soient suffisamment dégradées pour être inoffensives. La France a également de tels dépôts.

Hongrie

Veuillez activer les cookies pour lire les vidéos.


Le dépôt géologique national pour les déchets de faible et moyenne activité à Bátaapáti, Hongrie

Depuis la fin de 2012, la Hongrie stocke ses déchets de faible et de moyenne activité dans le dépôt géologique à Bátaapáti, aménagé dans la roche cristalline à une profondeur de 250 mètres. La recherche d’un site est en cours pour un dépôt en couches géologiques profondes destiné aux déchets de haute activité.

Canada

Veuillez activer les cookies pour lire les vidéos.

Comment le Canada met en œuvre son plan pour un dépôt profond sûr.

Au Canada, il est prévu de stocker les éléments combustibles usés dans un dépôt en couches géologiques profondes. La procédure de sélection d’un site est en cours depuis 2010. Elle repose sur les candidatures volontaires de communes d’implantation potentielles. Actuellement, seuls deux sites sont encore en lice : South Bruce (roche argileuse) et Ignace (roche cristalline). Ils se situent dans la province d’Ontario. Des forages en profondeur sont réalisés courant 2021 près de South Bruce pour étudier ce site. La décision concernant le lieu d’implantation devrait être prise vers 2023.

Allemagne

morsleben
Les installations à la surface du dépôt de Morsleben en Allemagne. Photo : BGE

En Allemagne, les déchets de faible et de moyenne activité ont été stockés dans la mine de sel désaffectée de Morsleben de 1971 à 1998. Ce dépôt a été rempli et une demande de fermeture pour le dépôt final de l’ancienne République démocratique allemande a été déposée.

Entre 1967 et 1978, des déchets de faible et de moyenne activité ont été stockés à titre d’essai dans la mine d’Asse. La récupération de ces déchets doit être entreprise. Au Schacht Konrad, des travaux sont en cours jusqu’en 2027 pour transformer cette ancienne mine de fer en dépôt final pour les déchets de moyenne activité à vie longue.

La procédure de sélection pour le dépôt en couches géologiques profondes destiné aux « déchets produisant de la chaleur » (déchets de haute activité et éléments combustibles usés) a été relancée. Elle a recommencé en 2017, avec une « carte géographique vierge de l’Allemagne ». Comme roche d’accueil, trois formations entrent en ligne de compte: le granite, le sel et l’argile.

L’homologue allemande de la Nagra, la deutsche Bundesgesellschaft für Entsorgung (BGE), a publié en septembre 2020 un rapport intermédiaire sur la première phase de la procédure de sélection. Ce rapport montre quelles régions d’Allemagne peuvent d’ores et déjà être exclues de la recherche d’un site. Il indique également quelles régions seront examinées de plus près durant la suite de la procédure. Le meilleur emplacement doit être déterminé au cours de trois phases d’ici à 2031.

États-Unis

Luftaufnahme WIPP
Transport de conteneurs TRUPACT-II vers l'usine pilote d'isolation des déchets aux États-Unis, que l'on peut voir en arrière-plan. Photo : WIPP

Aux États-Unis, le Department of Energy (DOE) exploite depuis 1999 le Waste Isolation Pilot Plant (WIPP) à Carlsbad, au Nouveau Mexique. Il s’agit d’un dépôt pour les déchets transuraniens de l’armée, situé dans un gisement de sel gemme, à 655 mètres de profondeur. En 2014, des radionucléides ont été libérés, mais la radioactivité mesurée sur plusieurs jours se situait nettement en dessous de la valeur limite pour la population. La fermeture du WIPP est prévue à partir de 2050 environ. Il existe plusieurs dépôts en surface pour les déchets de faible et de moyenne activité.

Untergrund des WIPPs
Vue sur l'une des cavernes de stockage souterrain du WIPP. Photo : WIPP

Donnez votre avis et visitez-nous.

Suivez nous

Téléphone

+41 56 437 11 11


©2021 Nagra, Société coopérative nationale pour le stockage des déchets radioactifs