Glossar

 

Communiqués de presse

Retour

20.06.2017

Assemblée générale de la Nagra: Une direction élargie bien rôdée

Lors de l’assemblée générale de la Nagra qui s’est tenue ce jour, Corina Eichenberger, présidente du conseil d’administration, a résumé: «Des décisions engageant l’avenir ont été prises.»

Pour Thomas Ernst, président de la direction de la Nagra, 2016 a été «l’année la plus intense» qu’il ait connue depuis qu’il a pris la direction de la Nagra il y a dix ans.

En 2016, la Nagra (Société coopérative nationale pour le stockage des déchets radioactifs) s’est réorganisée pour se concentrer de manière optimale sur les exigences de la troisième et dernière étape de la procédure de sélection de dépôts en couches géologiques profondes ainsi que sur la procédure d’autorisation générale. La direction est passée de trois à sept personnes. «La nouvelle direction est aujourd’hui bien rôdée», a dit Corina Eichenberger.

D’importantes travaux sur le terrain ont été réalisées ou préparées au cours de l’année écoulée: la campagne sismique 3D dans les domaines d’implantation Jura-est et Zurich nord-est s’est terminée en février 2016 et le domaine Nord des Lägern a fait l’objet de mesures sismiques 3D pendant l’hiver 2016/17. Concernant les domaines d’implantation Jura-est et Zurich nord-est, des demandes d’autorisation de forage de reconnaissance et de forages quaternaires ont été déposées auprès de l’Office fédéral de l’énergie. Les demandes d’autorisation concernant Nord des Lägern suivront après les vacances d’été 2017.

Le programme de gestion des déchets radioactifs a été actualisé pour la première fois. Il décrit la procédure en cours jusqu’à la fermeture définitive d’un dépôt profond. «Le programme de gestion des déchets radioactifs nous permet de préciser les futures étapes de la gestion des déchets radioactifs de manière ouverte, transparente et accessible à tous», a affirmé Monsieur Ernst. Un programme de recherche et de développement décrivant les questions scientifiques que la Nagra examinera à l’avenir a été publié sous forme d’ouvrage de référence. Après examen, le programme de gestion est adopté par le Conseil fédéral. La Nagra a également fourni d’importantes prestations au niveau de l’étude des coûts de 2016 dans laquelle elle indique le coût global de la gestion des déchets.

La documentation complémentaire demandée par l’IFSN (Inspection fédérale de la sécurité nucléaire) concernant la proposition 2x2 faite par la Nagra a été présentée en août 2016. «La question de la profondeur, déterminante dans le domaine d’implantation Nord des Lägern, a ici été capitale», a dit Corina Eichenberger. L’IFSN a certes bien noté cette documentation complémentaire détaillée, mais formulé en décembre la recommandation d’analyser plus en profondeur le Nord des Lägern dans l’étape 3 du plan sectoriel. «Grâce à la planification prévisionnelle de la Nagra, nous sommes bien préparés pour cette requête», a souligné Madame Eichenberger.

L’assemblée générale a approuvé par ailleurs les comptes de 2016 qui présentent un chiffre d’affaires de 65,6 millions de francs. Après déduction des revenus de prestations à des tiers et de diverses contributions de recherche, 62,1 millions de francs restent à la charge des coopérateurs.

Personnes à contacter :
Corina Eichenberger 079 330 40 49
Thomas Ernst 079 666 49 74


En vertu de la loi suisse sur l’énergie nucléaire, les producteurs de déchets radioactifs sont responsables de la gestion sûre et durable de ces derniers. C’est pourquoi les exploitants des centrales nucléaires et la Confédération ont fondé en 1972 la Nagra (Société coopérative nationale pour le stockage des déchets radioactifs) dont le siège est à Wettingen (AG). La Nagra est le centre de compétences techniques de Suisse pour le stockage des déchets radioactifs dans des dépôts en couches géologiques profondes.

110 collaboratrices et collaborateurs s’engagent quotidiennement en faveur de cette tâche d’envergure, conscients de leurs responsa¬bilités envers la protection durable des hommes et de l’environnement. Grâce à de vastes programmes de recherche réalisés dans deux laboratoires souterrains de Suisse et à une coopération internationale intense, ils disposent des compétences scientifiques et techniques nécessaires.

Retour